PORTAIL DES ÉTUDIANTS

Vous trouverez ici de nombreuses informations utiles sur le fonctionnement de l’école, les moyens de financer vos études ou vos projets de voyages dans le cadre de votre formation, les prix, concours, résidences d’artistes et bien d’autres choses encore.


ACCÉDER AU PORTAIL
 
 
 

Présentation

Professeur titulaire : Anne Quévy
Assistante : Anne Simon
Professeur de l'orientation : Bruno Goosse

Illustrer, c’est procéder à un travail personnel de recherche et d’imagination qui respecte un ensemble d’impératifs imposés ou sollicités et qui use, pour traduire cette investigation en images, de techniques appropriées, largement développées.

Apprendre l’Illustration ou les paradoxes d’une pédagogie

Une pédagogie de l’illustration se doit de prendre en compte le caractère essentiel de communication de cette discipline et les conflits qu’il présuppose, mais en le transcendant en règle du jeu, celui de l’élaboration d’une œuvre, personnelle en dépit de la règle. Seules une certaine culture, une sensibilité à l’humain, une réticence critique immanente peuvent délivrer du conformisme des modes. L’atelier d’illustration est, au travers de la diversité de ses expérimentations techniques, plastiques et en contrepoint de ses informations sur l’actualité du graphisme, sous-tendu par cette préoccupation. Il familiarise par ailleurs à une autre diversité, celle des débouchés: du livre au magazine, du didactique à l’imaginaire... La “croisée des possibles”.

L’intégration à une structure

L’Illustrateur est un artiste à part entière et l’Académie se doit de compter son art parmi ses disciplines. La structure collective des ateliers offre un champ de discussions, de confrontations et de jugements qui préparent aux stratégies du métier.

Les moyens d’une révélation

“Rien ne peut être appris qui ne soit déjà connaissance cachée... Tout enseignement est révélation” Sri Aurobindo. Et parce que notre enseignement se veut “révélation”, il importe qu’au départ nous décelions peu ou prou cette connaissance cachée dans le futur étudiant. Si cette prédisposition n’existe pas, sa révélation reste impossible quelle que soit l’habileté de l’enseignant...

Il y aura donc des chemins à emprunter, des passages obligés, des objectifs qu’un atelier d’illustration doit toucher par ses activités.
A la base, la curiosité visuelle doit être développée mais surtout aussi une manière de voir qui aille, s’il se peut, de la chose “vue” à la chose “sue”. L’habileté manuelle doit être exercée, affinée, en vue d’une réponse correcte, presque instinctive, à tout désir d’exprimer.
Nous savons qu’il est important d’éprouver les rapports du texte à l’image et de l’image au texte, jeu délicat qui va trier, dans un fonds culturel personnel d’images, celles qui s’accordent au perçu du discours. Nous savons encore que toute improvisation est dangereuse et que l’étudiant doit s’exercer à élaborer un projet personnel dans les limites d’impératifs donnés, à la fois sans y perdre son originalité et son plaisir de création, et sans trahir ces impératifs. Apprentissage du compromis.
Le projet sur la table, toute une réflexion critique doit peser sur lui, sur sa valeur, sur son devenir, sur les alternatives d’exécution... L’illustrateur doit aussi se familiariser à cet exercice.
Le développement de ce sens critique aidera à l’appréciation personnelle du travail effectué ou à la prise de conscience des capacités spécifiques individuelles. La transmission d’une attitude importe autant que celle d’un savoir-faire.

Chemins, passages, objectifs: n’y en a-t-il pas d’autres que ceux suggérés ici? Si, sans doute : à l’occasion de nouvelles carences, au fil des activités, au gré des individus, ou devant de nouvelles exigences du monde de l’image, il faudra fourbir d’autres outils...
Selon ce que l’étudiant veut exprimer, tout l’enseignement vise à lui donner les moyens de le traduire par le truchement d’une image lisible, communicative, dans le respect du public auquel elle est censée s’adresser, respect des exigences ou, plus tacitement, du statut de ce public. Et tant mieux si, de surcroît, l’illustrateur trouve une part de bonheur dans la réalisation de cette image et si, de présumer déjà qu’elle va être vue, comprise, appréciée, il tire une heureuse satisfaction. Plaisir de créer, plaisir de communiquer: plaisir de l’Illustration.
 
 
Académie royale des beaux-arts de Bruxelles
École supérieure des arts
144 rue du Midi
1000 Bruxelles
Belgique
T.: +32 (0)2 506 10 10
F.: +32 (0)2 506 10 28
info@arba-esa.be


Facebook Facebook
Twitter Twitter
Linkedin Linkedin