« Faire communauté autrement ? »
Visio-rencontre avec Sophie Klimis

Nous avons le plaisir de vous adresser une invitation pour participer à une visio-rencontre (en ligne) sur la question « Faire communauté autrement ? » en compagnie de Sophie Klimis (professeure ordinaire de philosophie et vice-Doyenne à la recherche de la Faculté de droit à l’Université Saint-Louis-Bruxelles, spécialiste de la philosophie ancienne, de la philosophie politique et de l’esthétique) le jeudi 12 novembre de 14h à 17h. 
 
« Le confinement du printemps dernier nous a fait expérimenter la nécessité d’inventer de nouvelles manières de “faire communauté” à distance les un.e.s des autres. Cette expérience, vécue par chacun.e d’entre nous, peut et doit aussi nous sensibiliser à cette question : dans nos sociétés hyper-individualistes, comment faire communauté avec les plus démuni.e.s, avec les migrant.e.s, avec les aîné.e.s isolé.e.s en maisons de retraite, etc. ? Quelles ressources et stratégies créatives les artistes peuvent-ils développer à cet effet ? »
 
L’invitation à la session s’adresse prioritairement à tous les étudiant.e.s de master, les doctorant.e.s et les enseignant.e.s de l’ArBA-Esa qui désirent y participer. 
Afin d’assurer l’organisation de cette session, nous vous demandons de confirmer votre participation par mail à d.dehouck@arba-esa.be et e.pezzella@arba-esa.be pour le 10 novembre au plus tard. Vous serez ensuite invité à rejoindre une équipe Teams spécialement créée pour cette session. 

 
On proposera un questionnement collectif articulé en trois temps qui vise à réfléchir ensemble et à investir créativement la modalité à distance choisie pour cette rencontre :

  1. Un moment de réflexion théorique et collectif sur la notion de « faire communauté » : alors que la distinction entre « communauté » (Gemeinschaft) et « société » (Gesellschaft) héritée de la sociologie allemande prévaut dans notre vision de la communauté (fusionnelle, affective, versus la société qui associerait des individus autonomes par des liens contractuels), Aristote nous propose une intéressante variation sur le verbe « communer » (koinônein), en associant différentes communautés à des formes de vie spécifiques. Un article de Sophie Klimis est mis à disposition (en attaché à ce courrier) et servira de base à ce moment de réflexion plus théorique. Les participants sont invités à prendre connaissance du texte avant la session pour préparer et favoriser les échanges. 
  2. Un moment et de réflexion/discussion à partir de deux expériences à la fois artistiques et citoyennes présentées par Sophie Klimis : La première expérience explore le « Faire communauté » en réinventant aujourd’hui l’expérience du chœur tragique athénien, en tant qu’il était composé de citoyens et non d’acteurs/chanteurs professionnels (plus d’information : http://www.theatercombinat.com/projekte/perser/index_fr.htm et http://www.rhuthmos.eu/spip.php?article1160). La seconde expérience explore le « Faire communauté » par l’éducation à la culture et la création artistique avec le groupe Monte Verit à (2019-2020), dans le cadre de la Marmite, « université populaire nomade de la culture » (plus d’information : et http://lamarmite.org/presentation-du-projet/ et http://lamarmite.org/parcours/groupe-monte-verita-1920/
  3. Enfin, un troisième et dernier moment de réflexion/mise en pratique en plus petits groupes de notre manière de « communer » (ou de son échec…), de faire communauté dans la distance du virtuel, à partir des expériences que chacun.e des participant.e.s. Pour ce moment, deux axes seront privilégiés. D’une part, la question de la sensorialité mobilisée (ou pas) dans une communication à distance. D’autre part, la question de la possible réinvention (ou pas) de la co-présence (des corps, du penser) au sein de l’espace virtuel. Ces questions seront travaillées à partir de quelques extraits de textes possibles. 

 
SOPHIE KLIMIS
Née en 1973, Sophie Klimis est Docteur en philosophie de l’Université Libre de Bruxelles. Elle est Professeure ordinaire de philosophie et vice-Doyenne à la recherche de la Faculté de droit à l’Université Saint-Louis-Bruxelles. Ses recherches se situent au carrefour de la philosophie ancienne, de la philosophie politique et de l’esthétique. Elle a publié cinq ouvrages de philosophie : Le statut du mythe dans la Poétique d’Aristote, Bruxelles, Ousia, 1997 ; Archéologie du sujet tragique, Paris, Kimé, 2003 ; L’énigme de l’humain et l’invention de la politique. Les racines grecques de la philosophie moderne et contemporaine, Louvain-la-Neuve, de Boeck, 2014 ; Penser, délibérer, juger : pour une philosophie de la justice en acte(s), Louvain-la-Neuve, de Boeck, 2018 ; Le penser en travail. Castoriadis et le labyrinthe de la création humaine. Polis. De la société capitaliste à la cité des Athéniens, Paris, Presses universitaires de Paris-Nanterre, à paraître en octobre 2020. 
En parallèle à son travail académique, elle mène une recherche poétique et théâtrale sur la choralité et les imaginaires créolisés. Elle a collaboré en tant que dramaturge et poétesse avec les metteures en scène Claudia Bosse (Theatercombinat de Vienne), Maya Bösch (Sturmfrei, Genève) et Leili Yahr (Compagnie Kaleidos, Lausanne). Son premier recueil de poèmes interroge l’identité belge et les imaginaires régionaux en faisant le portrait des principales villes de Belgique : Les Belgicaines, Bruxelles, Panem et Circenses, 2019.
Pour un CV complet, voir : https://www.usaintlouis.be/sl/100187.html